La FESIC dresse pour 2022 ses propositions pour soutenir et valoriser le modèle d’établissement EESPIG. Les 12 propositions s’inscrivent dans 3 grandes thématiques : égalité des chances et ouverture sociale, meilleure prise en compte des étudiants et développement des missions de services publics.

Les établissements membres de la FESIC sont gage de qualité et de réussite. Ils préparent les étudiants à une insertion professionnelle réussie (56% dès l’obtention de leur diplôme puis 93% au bout de 6 mois), en forgeant leurs capacités d’autonomie et de décision. Leur pédagogie allie connaissances académiques, savoir-faire métiers et accomplissement personnel. Ils participent à la recherche partenariale et fondamentale.

L’année 2022 est une opportunité pour faire entendre la voix des établissements d’enseignement supérieur privé non lucratif. La FESIC et ses écoles membres sur tout le territoire sera sur le terrain à la rencontre des équipes de campagnes à la présidentielle et des parlementaires.

Philippe Choquet, président de la FESIC

« Nos établissements forment chaque année des milliers de jeunes professionnels qui porteront demain la transformation de notre société. C’est par un dialogue renouvelé avec l’État que les EESPIG pourront poursuivre leurs missions dans les meilleures conditions. »

LES PRINCIPAUX DÉFIS À RELEVER POUR LES EESPIG

Valoriser la participation des EESPIG aux missions de service public, c’est dynamiser et stimuler l’ensemble de l’écosystème de l’enseignement supérieur et de la recherche. Au-delà de l’opposition stérile entre secteur public et secteur privé, la FESIC défend un service public de l’intérêt collectif, qui puisse permettre à notre pays de faire face aux enjeux mondiaux actuels et d’avoir toute sa place dans la compétition internationale. Un modèle efficient qui doit cependant relever aujourd’hui plusieurs défis.

Égalité des chances et ouverture sociale : des enjeux majeurs pour nos écoles

 

Pour une meilleure prise en compte des étudiants des EESPIG

Les nombreux défis de la participation des EESPIG aux missions de service public

CONSTATS ENJEUX ET PROPOSITIONS

Favoriser l’égalité des chances et l’accès à l’enseignement supérieur des étudiants

L’accessibilité de l’enseignement supérieur en général mais aussi l’égalité des chances sont des questions récurrentes dans le débat politique. Si les formations des EESPIG sont à coût maîtrisé, grâce à leur caractère non lucratif, elles peuvent représenter des montants importants pour les étudiants, en raison de la faible contribution publique au financement de leur participation aux missions de service public.
Le développement de sources de financement complémentaires, comme les prêts, mais aussi le soutien de la politique d’ouverture sociale des EESPIG doivent pouvoir répondre à ce défi. Inscrite dans leur engagement contractuel, la politique sociale des EESPIG se caractérise par des dispositifs d’aide sur fonds propres, faisant reposer la solidarité sur les frais de scolarité des autres étudiants, là où les bourses d’État (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires – CROUS) reposent sur la solidarité nationale. Alors que les EESPIG ne sont pas systématiquement habilités à accueillir des boursiers CROUS, l’État ne juge pourtant de leur politique d’ouverture sociale qu’à l’aune de ce seul critère.
Les EESPIG ont à cœur la préservation de l’accès à l’enseignement supérieur, terreau d’une relance économique innovante et tournée vers l’avenir. Dans cette démarche, la FESIC a besoin d’être davantage soutenue par l’État.

 
  • Proposition 1 : Encourager la politique d’ouverture sociale des EESPIG
  • Proposition 2 : Développer les prêts étudiants garantis par l’État
  • Proposition 3 : Expérimenter le prêt à remboursement contingent
  • Proposition 4 : Défiscaliser le financement des frais de scolarité
 

Soutenir l’engagement des étudiants des EESPIG

L’étudiant est au cœur de la pédagogie du modèle d’établissement EESPIG : son investissement dans la vie de campus est encouragé, il est donc important qu’il soit valorisé. Cet engagement dans la vie associative, dans les junior entreprises, participe en effet du développement personnel de l’étudiant et s’inscrit dans la formation intégrale proposée par les écoles de la FESIC.
Pour autant, cet engagement n’est pas assez reconnu pour les étudiants des EESPIG, ni même facilité par les pouvoirs publics. Pour l’emploi étudiant, comme pour leur représentation auprès des instances nationales ou l’accès aux services publics universitaires, les étudiants des EESPIG, bien qu’inscrits dans des établissements reconnus comme opérateurs d’un même service public que les universités, font face en effet à un traitement différencié et discriminatoire.

 
  • Proposition 5 : Favoriser l’emploi étudiant à valeur ajoutée
  • Proposition 6 : Élargir la représentativité des étudiants au CNESER
  • Proposition 7 : Assurer l’égal accès des étudiants aux services publics universitaires

 

 

Mieux valoriser la participation des EESPIG au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche

Progressivement, l’apport au service public de l’enseignement supérieur et le modèle d’établissement porté par les écoles de la FESIC ont été reconnus, jusqu’à la création de la qualification EESPIG. Aujourd’hui, la participation des EESPIG aux missions de service public de l’enseignement se fait à travers un contrat conclu entre chaque établissement et l’État. Les équilibres de ces contrats ont cependant varié avec le temps et nécessitent d’être revus.
Ainsi, l’engagement financier de la puissance publique n’a cessé de baisser en proportion ces dernières années, pour ne plus atteindre en moyenne que 5 % de leur budget. Un montant qui n’est pas à la hauteur de leur participation aux missions de service public.
Cette participation doit également pouvoir être soutenue par des dispositifs spécifiques permettant aux EESPIG de contribuer effectivement à l’effort national de recherche, de même que de valoriser leur ancrage territorial.

 
  • Proposition 8 : Renforcer le soutien financier des l’État aux EESPIG, en tant qu’opérateurs du service public
  • Proposition 9 : Valoriser l’excellence et la qualité des formations des EESPIG
  • Proposition 10 : Instaurer une contribution partenariale scientifique pour les opérateurs de la recherche publique
  • Proposition 11 : Préserver l’accès au solde de la taxe d’apprentissage aux opérateurs du service public
  • Proposition 12 : Permettre aux collectivités d’exonérer les taxes locales
 

 

 

X