Jean-Philippe AMMEUX, président de la FESIC et Directeur de l’IESEG, était l’invité de l’économie sur l’antenne de Radio Classique.

A cette occasion, Jean-Philippe Ammeux est revenu sur les défis auquel l’enseignement supérieur français est aujourd’hui confronté :

–          Un défi quantitatif : « Il y aura 335.000 étudiants de plus à former d’ici 10 ans. »

–          Un défi qualitatif : « On a un taux d’échec trop élevé en licence et une adaptation tout à fait insuffisante des jeunes formés aux besoins du marché du travail. »

–          Un défi social : « Notre enseignement supérieur n’est pas assez ouvert sur le plan social et ne permet pas à des jeunes issus de milieux défavorisés d’atteindre des niveaux de formation élevés permettant des carrières intéressantes. »

Jean-Philippe Ammeux a présenté les propositions de la FESIC pour redynamiser l’enseignement supérieur français et détaillé notamment la proposition de prêt à remboursement contingent au revenu à la française (dit PARC) : un système qui permettrait au bénéficiaire de la formation de contribuer de façon partielle et différée au financement de celle-ci, uniquement lorsque, ayant trouvé un emploi, ses revenus annuels sont réguliers et suffisamment significatifs, et qui s’appuierait sur l’intervention des pouvoirs publics.

Découvrez quelques extraits de l’interview :

« Il faut que l’enseignement supérieur puisse être accessible à tous. C’est-à-dire quelque part qu’il soit gratuit pour tous (…) C’est possible si on considère que l’enseignement supérieur est un investissement et non pas une dépense courante (…). »

« Celui qui bénéficie de l’enseignement supérieur va avoir des revenus beaucoup plus importants : celui qui a une licence a un revenu en moyenne dans sa vie supérieur de 24% à celui qui a le bac, celui qui a un master a un revenu en moyenne 87% supérieur. »

« (…) L’Etat reste le financeur majoritaire (…) nous ne sommes surtout pas pour un désengagement de l’Etat mais pour un complément de ressource par des revenus qui seront injectés dans l’enseignement supérieur, lorsque les diplômés auront des bons emplois ».

 « Réécouter l’interview de Jean-Philippe Ammeux sur Radio Classique »:

 

« Pour voir la vidéo de l’interview » : C’est par ici